MRLD à Saint-Louis : La Mairie Partante

Le Mouvement pour la Renaissance, la liberté et le Développement (MRLD) de la commune de Saint-Louis a organisé hier une journée citoyenne à la chambre de commerce. Une activité qui vu la participation de plus de 200 personnes dont la deuxième adjointe au maire, Aida Mbaye Dieng, le Directeur de l’ADC et les responsables du Centre d’Etudes pour le Financement du Développement Local (CEFDL). L’objectif de cette rencontre était de partager entre les autorités locales, les populations et le MRLD à travers la décentralisation et l’émancipation économique locale les valeurs de liberté et d’autonomie.

Cette journée initiée par les membres du bureau local du MRLD a permis aux nombreux participants d’échanger sur les multiples problèmes des quartiers, sur la pauvreté qui gagne de plus en plus de terrain dans la commune et quelles solutions apportées face à ces fléaux. Ainsi le Directeur de l’ADC, a présenté le tableau des réalisations et les perspectives de l’équipe municipale. Une communication qui a été suivie par celles des délégués des conseils de quartiers, des organisations communautaires de base, des groupements féminins etc. Au cours des débats une évaluation des actions du maire durant les deux dernières années a été faite. De nombreuses questions concernant le manque d’infrastructures de base (santé, éducation, sportif, assainissement etc.) dans certains quartiers ont été soulevées. Tout comme le financement des micros projets des femmes pour lutter contre la pauvreté dans la commune de Saint-Louis. Des besoins énormes qui ne peuvent être supportés par le budget municipal vu ses maigres ressources. Une lourdeur qui a toujours poussé les autorités locales à se tourner vers l’Etat central ou les partenaires étrangers pour faire face. Raison pour laquelle, le MRLD prône un autre mode de financement en organisant le système pour développer l’économie locale. Une proposition à laquelle la municipalité de Saint-Louis a donné son accord de principe. A en croire le coordonnateur du Centre d’Etudes pour le Financement du Développement Local (CEFDL), en adhérant aux idéaux qu’ils développent, les populations de la région nord pourront gagner plus d’argent, bénéficier plus facilement de financements et payer les impôts. Ce qui participera inévitablement à l’amélioration des conditions de vie celles-ci. Car souligne Abdourahmane Sarr, la politique du MRLD, est la voie la plus rapide et la plus directe du développement économique local sans trop s’appuyer sur les aides gouvernementales ou des partenaires étrangers qui en réalité ne remettent que des « miettes ». Pour rappel, le Mouvement pour la Renaissance, la liberté et le Développement (MRLD) souhaite injecter des bons d’achat dans les localités ciblées et cette monnaie locale sera acceptée comme moyen d’échange dans la communauté afin d’accompagner le mécanisme.

Source:
Thierno DIOP
Correspondant (Thiey le Journal)